La rénovation d’alternateur,démarreur, compresseur de climatisation à la Réunion : un geste citoyen

ECONOMISER L’ÉNERGIE GRACE A LA RÉNOVATION
De nombreuses études sur la consommation d’énergie des matériaux à la fois pour la fabrication et la rénovation des alternateurs et démarreurs ont été réalisés notamment en Allemagne et aux Etats Unis.

Ainsi la littérature, et les études notamment universitaire :

 

icon_pg-1 Démontre que la fabrication d’une unité neuve, consomme presque 7 fois plus d’énergie qu’une unité rénovée.

icon_pg-1 L’économie de matière montre également des chiffres impressionnants.

icon_pg-1 En moyenne pour une unité neuve il faut 8 fois plus de matières premières par rapport au processus de rénovation des anciennes unités.

La rénovation contribue à la protection de l’environnement de la façon suivante :

 

icon_pg-1 Une économie d’énergie est réalisée parce que les unités anciennes sont remises en état au lieu d’être fondues à nouveau. De ce fait on enregistre des économies équivalentes à des millions de barils de pétrole. La rénovation redonne vie a plusieurs produits au lieu d’un seul.

icon_pg-1 Les études réalisées par l’institut de technologie du Massachusetts (MIT) Etats-Unis, montrent que seulement par la rénovation des démarreurs de voitures, cela se traduira par des économies annuelles aux Etats Unies équivalentes à 30 millions de litres de pétrole brut pour la fabrication de l’acier.

icon_pg-1 Les études réalisées par l’institut Fraunhofer de Stuttgart en Allemagne indiquent que l’énergie économisée par la rénovation dans le monde en une année est égale à l’électricité produite par 8 centrales nucléaires soit l’équivalent de 10,7 millions de barils de pétrole brut.

icon_pg-1 Les matières premières donnent vie à de nombreux produits, chaque année des millions de tonnes d’acier, d’aluminium, de cuivre sont économisés, car 90% du matériel est récupéré dans la rénovation. Selon l’institut Fraunhofer, les matières premières économisées dans le monde entier en un an permettraient de remplir 155 000 wagons formant un train de 3 000 km de long.

Ainsi en rénovant les unités anciennes, on évite le déversement de millions de tonnes de matériaux dans les décharges. S’il n’y a pas assez d’unités anciennes disponibles, le rénovateur va en acheter auprès des démolisseurs pour les remettre en état.
La pollution de l’air est réduite par la réutilisation des unités anciennes, il n’est pas nécessaire de refondre de vielles unités pour en faire des nouvelles.
C’est pour que les gens se préoccupent plus de l’environnement que nous devons rechercher des politiques publiques qu’elles encouragent davantage la rénovation. Il y a suffisamment d’avantages socio-économiques pour justifier de telles actions.

Source : APRA-europe.org – Association de remanufacturation automobile

Cette situation est d’autant plus criante à la Réunion.
Ile de l’Océan Indien, la remanufacturation locale a un double impact sur l’écologie.
En effet, la rénovation d’alternateur, démarreur, compresseur de climatisation à la Réunion permet de limiter les intrants et donc l’addition C02 liée au transport du produit finis.
De plus, la rénovation d’un vielle unité permet de limiter l’apport en déchèterie de matière difficilement traitée à la Réunion, et quand elle rentre dans la filière de récupération l’impact sur la facture C02 est aussi importante pour l’export de cette matière brute vers l’Afrique du Sud, l’Inde ou l’Europe.
L’impact sur l’écologie « sociale » est de fait importante puisque la valorisation de vieille matière localement est porteuse d’emploi et de création de valeur ajoutée locale.